Le programme ArMeRIE / Les coquilles de Patella sp. issues d'amas coquilliers anthropiques, archives culturelles et environnementales des milieux côtiers

Les coquilles de Patella sp. issues d’amas coquilliers anthropiques, archives culturelles et environnementales des milieux côtiers

2016-2019 | Terminé

Les amas coquilliers constituent une mémoire culturelle et environnementale qui est aujourd’hui menacée par les changements climatiques et l’intensification de l’érosion marine. Les trois niveaux d’occupation de la dune sud-ouest de l’île de Béniguet en mer d’Iroise (Le Conquet, Finistère, France) contiennent de grandes quantités de coquilles de Patella sp. Ces trois niveaux sont entourés d’une population de Patella vulgata occupant les estrans de l’île ce qui constitue une opportunité unique d’appliquer les méthodes de la sclérochronologie à cette archive biologique encore sous-exploitée.

L’étude de la croissance incrémentale des coquilles de Patella vulgata actuelles par des expérimentations de marquages fluorescents à la Calcéine ont montré une forte hétérogénéité de la croissance d’une coquille à l’autre chez cette espèce, remettant en cause le rythme de formation tidal des micro- incrément jusque-là établi dans la littérature scientifique.

Les résultats des analyses de δ18O ont eux-aussi montré une forte hétérogénéité de la croissance, mais cette-fois-ci entre les différentes étages de l’estran. Ils ont aussi permis de montrer que le niveau de collecte n’avait pas d’impact significatif sur les reconstructions de températures basées sur les valeurs de δ18O. Les analyses portant sur le carbone ont également mis en évidence un étagement des valeurs de δ13C des coquilles depuis le haut d’estran (δ13C plus faible) vers le bas de l’estran (δ13C plus élevé).

Ces méthodes isotopiques ont ensuite été appliquées à des coquilles archéologiques provenant de niveaux d’occupations datés au Chalcolithique, à l’âge du Bronze ancien et au haut Moyen-Âge. Les reconstructions paléo-environnementales basées sur les reconstructions de SST à partir des données de δ18O ont permis de mettre en évidence plusieurs caractéristiques climatiques de l’Holocène moyen et récent, dont un refroidissement depuis l’optimum climatique Holocène ainsi qu’une réduction des températures estivales du fait de la diminution de l’insolation en été. L’étagement des valeurs de δ13C n’a toutefois pas permis de replacer les coquilles archéologiques à un niveau de prélèvement, car un effet Suess a été mis en évidence entre les coquilles modernes et préindustrielles. Enfin, l’analyse du δ18O à la marge des coquilles a montré des différents modes de collecte des patelles, avec une récolte tout au long de l’année pour le Chalcolithique, une récolte printanière à l’âge du Bronze ancien et enfin une absence de récolte en été pour le haut Moyen-Âge. Malgré des incertitudes persistantes, notamment à propos de la croissance de la coquille de Patella vulgata, ce travail souligne l’intérêt des coquilles de patelles archéologiques en tant qu’archives environnementales et culturelles, dont tout le potentiel sclérochronologique n’est pas encore entièrement exploité.

Encadrement : Yves-Marie Paulet (directeur de thèse), Yvan Pailler, Pierre Stéphan, Catherine Dupont, Jacques Grall

Responsable

Yves-Marie, Paulet

| Professeur d’Université | UMR 6539 LEMAR | IUEM
Lire la suite

Financeurs

  • ARED
  • Région Bretagne
  • UBO

Participants

Yvan, Pailler

| Chaire programme ArMeRIE (UBO/INRAP), responsable de recherches archéologiques INRAP | UMR 6554 LETG | IUEM
Lire la suite

Pierre, Stéphan

| Chargé de recherche CNRS | UMR 6554 LETG | IUEM
Lire la suite