Topo-Litt

Concordances anthropologiques et archéologiques le long du littoral armoricain de la Préhistoire à nos jours.
Depuis 2020 | Appel d'offre

Projet Topo-Litt et missions de terrains archéo-toponymiques dans le cadre d’ArMeRie et Sea-Lex

De février à avril 2021, dans un contexte de confinement et de reconfinement lié au Covid-19 durant lequel les conditions d’enseignement se font en distanciel, Daniel Le Bris, Mael Jézéquel, Yvan Pailler et Pierre Stephan organisent avec les étudiants UBO de Master spécialisés en archéologie, dialectologie, anthropologie et histoire de l’art, plusieurs missions de terrain consistant à relever les mesures des barrages à poissons sur l’estran du Nord-Finistère. Ils tirent bénéfice des grandes marées pour réaliser ces mesures. Ces missions se font en adéquation avec des études préalables de cartes topographiques, Litto 3D, bathymétriques, de photos aériennes, d’images satellites. On utilise aussi les cartes marines anciennes et les cadastres. Les sites sont parfois filmés et photographiés à l’aide d’un drone. Ces missions se poursuivent en 2022 et probablement au-delà.

Figure 1 : mesure et géolocalisation du barrage Kae Ar Vaoz entre Karreg An Hanter-Vare et Ar Mên Hir, Argenton, Landunvez, mars 2021.

Topo-Litt étudie les toponymes maritimes marqueurs de sites archéologiques le long des côtes de Bretagne. Dans un premier temps, elle se concentre sur les noms de barrages à poissons en breton: kored/gored ‘pêcherie’, kae ‘levée de pierres’, gorz ‘barrage’. Kored a pour équivalents celtiques le gallois cored, l’irlandais cora et le gaélique cairidh.  Certains barrages ont récemment fait l’objet d’essais de datation.

Figure 2 : plus de 300 sites du Nord-Finistère ont été répertoriés dans la base.
Figure 3. Géolocalisation des barrages à poissons sur la côte de Landunvez (Finistère) via une photo aérienne des années 1950 et la trame cadastrale. Le barrage Kae-Ar-Zer-Vian est repéré en bleu. (voir datation Figure 2).

Les pêcheries sont construites en pierres, barrant un estuaire ou une dépression naturelle dans la zone intertidale. Elles constituaient une retenue d’eau pour piéger les poissons à marée basse. La structure pouvait aussi être en bois ou complétée par un clayonnage, des filets ou une nasse. Aujourd’hui, seuls les éléments lithiques ont subsisté. Topo-Litt étudie prioritairement les toponymes liés aux pêcheries submergées au nouveau logiciel Chronoe qui permet de proposer une datation hypothétique de ces structures. Les hypothèses chronologiques se fondent sur la submersion progressive des pêcheries au cours du temps lié à l’élévation du niveau marin depuis le Méso-/Néolithique et l’utilisation effective des pièges à poissons. Si les hypothèses se confirment au fur et à mesure des analyses, cet outil pourra servir à avancer une datation non seulement des sites côtiers mais aussi des toponymes celtiques.

Figure 5 : Géolocalisation et mesure au centipède du barrage Kae Ar Gored sur la grève de Korn Ar Gazel à Saint-Pabu, décembre 2021.

Responsable

Daniel, Le Bris

| Maître de conférences HDR de celtique et Linguistique | CRBC, EA 4451 / UMS 3554 | UBO
Lire la suite

Financeurs

  • ArMeRIE
    ArMeRIE

Participants

Clément, Nicolas

| Postdoc | UMR 8215 Trajectoires | Bournemouth University
Lire la suite

Yvan, Pailler

| Chaire programme ArMeRIE (UBO/INRAP), responsable de recherches archéologiques INRAP | UMR 6554 LETG | IUEM
Lire la suite

Aurélie, Penaud

| Maître de Conférences en Sciences de la Terre | UMR 6538 Geo-ocean | IUEM
Lire la suite

Pierre, Stéphan

| Chargé de recherche CNRS | UMR 6554 LETG | IUEM
Lire la suite