Le programme ArMeRIE / Pétro-archéologie

Pétro-archéologie

Pétrographie et analyse structurale appliquées à l'étude d’objets archéologiques élaborés à partir de matériaux rocheux

Description de la thématique

L’approche pétro-archéologique consiste à appliquer certaines méthodes de la géologie, à savoir celles de la pétrographie et de l’analyse structurale, à l’étude d’objets archéologiques élaborés à partir de matériaux rocheux. Ceux-ci peuvent être de nature et de dimensions variées, depuis celles d’outils à celles de monuments, eux-mêmes constitués soit d’une pièce unique (stèle, menhir, ..), soit de plusieurs pièces (tumulus, allée couverte, …).

Cette approche repose sur l’étude pétro-structurale comparée des objets archéologiques, d’une part et du substratum rocheux environnant, d’autre part. L’objectif final étant i) d’identifier, sur la base de caractères spécifiques communs, des sites géologiques renfermant des roches-mères potentielles et donc ii) d’évaluer les stratégies mises en œuvre par les hommes de l’époque concernée pour le transport et l’élaboration de leurs objets.

  • L’étude pétrographique des matériaux rocheux (objets et substratum) s’effectue dans un premier temps à l’œil nu, sur le terrain. Elle consiste à définir la typologie de la (des) roche(s) à partir de la nature, des dimensions, de l’agencement des minéraux constitutifs (Fig. 1A). Une étude plus approfondie des matériaux est ensuite effectuée au laboratoire par le biais d’imageries optiques (microscopes optiques, à balayage, …) qui permettent d’accéder à la structure intime de la roche (Fig. 1B).
  • L’analyse structurale des matériaux rocheux consiste à décrire les diverses discontinuités géométriques, de types planaires ou linéaires, qu’ils présentent et qui sont souvent responsables de leur géométrie 3D. Ces discontinuités peuvent être d’origine sédimentaire (litage), magmatique (fluidalité, écoulement) ou tectonique (plan de schistosité/foliation, linéation, …..), en fonction du contexte géologique régional. Dans le cas particulier d’éléments impliqués dans la construction d’un monument (habitation, religieux, …), ils présentent souvent un gabarit de type « dalle », dominé par un débit planaire tandis que leur épaisseur est réduite (Fig. 2A). Le débit planaire correspond presque systématiquement à une fabrique plus ou moins pénétrative présente dans la roche-mère, et qui a été mise à profit par les hommes de l’époque. Lorsque le substratum rocheux appartient à une chaîne de montagnes, récente ou ancienne (Massif armoricain), cette fabrique correspond dans la plupart des cas, soit un plan d’aplatissement (shistosité/foliation) lorsqu’il s’agit de roches métamorphiques, comme celles identifiées au niveau des dalles de la maison de Beg ar Louet (Molène), soit à des fractures/diaclases lorsque ce sont des roches magmatiques, telles celles utilisées pour les dalles granitiques de l’allée couverte de Kernic (Finistère) (Fig. 2).

Participants

Bernard, Le Gall

| Chercheur | UMR 6538 LGO | IUEM
Lire la suite

Yvan, Pailler

| Chaire programme ArMeRIE (UBO/INRAP), responsable de recherches archéologiques INRAP | UMR 6554 LETG | IUEM
Lire la suite